Soeurs de Saint Joseph de Marcillac


En 1682, sous la conduite de leur oncle M. de Cabrières, curé de Marcillac, Catherine et Antoinette de Mazars et leur cousine

Antoinette de Fabrégous se retirent du monde pour vivre au service de leur prochain.

La communauté est aidée par les sœurs de Saint Géniez et prend le nom de Soeurs du Travail et de la Croix.

Dispersées à la révolution, les sœurs reprennent ensuite leur vie commune.

En 1838, Mère Théotiste, née Sophie Arnal (1908-1839), est envoyée par le couvent de Veyreau à la demande de Mgr

Croizier pour donner la règle des sœurs de Saint-Joseph aux sœurs de Marcillac. Elle restera sur place et deviendra la

première supérieure générale de la congrégation.



La congrégation s'est unie en 1965 à 5 autres congrégations religieuses de l'Aveyron pour former l'Union Saint Joseph de Rodez.

Comments