Soeurs de Saint-Joseph dites de l'Union de Sainte Colombe

Congrégation fondée en 1844 par l’abbé Jean Baptiste Rougié (1805-1871) et Catherine-Marie Cayrol (en religion mère Philomène) (1813-1880) à Sainte-Colombe.

La congrégation a disparu avec les lois anti congréganistes du début du 20ème siècle. La dernière supérieure fut Mère Saint Jean.

La maison mère existe toujours, le caveau des fondateurs est situé dans le parc de la maison mère.

Père Rougié Mère St Jean (dernière supérieure générale)

La maison mère, état 2005

Caveau des aumoniers (à gauche) et de la fondatrice (à droite)

Bibliographie :

Statuts et règlements des Soeurs de St-Joseph dites de l’Union, établies dans le diocèse de Cahors. Cahors : Imprimerie d’Henri Combarien, 1862.

Sainte-Colombe, mémoires d'un pensionnat / Jean-Claude Bonnemère, Jacques Carral, Nicolas Dargegen, Paul Pourtalet. - Paris : NSA Bastille, 2013.

Nicolas Dargegen. La congrégation des soeurs de Saint-Joseph, dites de l’Union de Sainte-Colombe in Bulletin de la Société des Études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot, 2010, tome 131, pp. 296-323.